Poème 'Hypertrophie' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

Hypertrophie

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Astres lointains des soirs, musiques infinies,
Ce Cœur universel ruisselant de douceur
Est le cœur de la Terre et de ses insomnies.
En un pantoum sans fin, magique et guérisseur
Bercez la Terre, votre sœur,

Le doux sang de l’Hostie a filtré dans mes moelles,
J’asperge les couchants de tragiques rougeurs,
Je palpite d’exil dans le cœur des étoiles,
Mon spleen fouette les grands nuages voyageurs.
Je beugle dans les vents rageurs.

Aimez-moi. Bercez-moi. Le cœur de l’œuvre immense
Vers qui l’océan noir pleurait, c’est moi qui l’ai.
Je suis le cœur de tout, et je saigne en démence
Et déborde d’amour par l’azur constellé,
Enfin! que tout soit consolé,

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto