Poème 'Idylle' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

Idylle

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Il est minuit. – Ils sont sous les grands marronniers.
Lasticot, caporal dans les carabiniers,
Le coupe-choux au flanc, le shako sur l’oreille,
Fier comme un Dumanet! – À ses côtés, vermeille
Comme une pomme à cidre, exhalant une odeur
D’ail et de vieux fricot, son gros œil gris rêveur,
Est assise Justine, actuellement bonne
Chez Monsieur Coquardeau, trois, place Tiquetonne.
Comme ils sont beaux tous deux ! Comme elle a les pieds grands!
Lui les a plus petits, mais odoriférants,
Dam! les grandes chaleurs… Vous savez.., on transpire…
Mais si vous voulez bien revenons à mon dire,
Justine et Lasticot, l’un prés de l’autre assis,
Roucoulent tendrement, tous leurs sens assoupis,
Dans la tiédeur fondante où baigne la nature.
Vrai ! Coppée en ferait une bonne peinture!
L’arbre sent fermenter la sève en ses rameaux
À voir se becqueter sous lui ces tourtereaux
Qu’endort en soupirant la capiteuse haleine
Du clair de lune pâle et de la nuit sereine.
Entre les deux amants reluit le coupe-choux
Ainsi que la prunelle ardente d’un jaloux
Qui perpètre dans l’ombre une vengeance épique.
L’âme, tulipe d’or au calice mystique,
Aspire.., et dans leurs cœurs qu’on entend palpiter
L’amour ouvre son aile et se met à chanter.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto