Poème 'Je mesurais pas à pas, et la plaine' de Pontus de TYARD dans 'Les erreurs amoureuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pontus de TYARD > Je mesurais pas à pas, et la plaine

Je mesurais pas à pas, et la plaine

Pontus de TYARD
Recueil : "Les erreurs amoureuses"

Je mesurais pas à pas, et la plaine,
Et l’infini de votre cruauté,
Et l’obstiné de ma grand’ loyauté
Et votre foi fragile et incertaine.

Je mesurais votre douceur hautaine,
Votre angélique et divine beauté,
Et mon désir trop hautement monté,
Et mon ardeur, votre glace et ma peine.

Et ce pendant que mes affections,
Et la rigueur de vos perfections,
J’allais ainsi tristement mesurant :

Sur moi cent fois tournâtes votre vue,
Sans être en rien piteusement émue
Du mal, qu’ainsi je souffrais en mourant.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto