Poème 'Jeunesse #2' de FAB

Jeunesse #2

FAB

Étirée de soleil sur la terrasse nue,
J’attendais que s’avance une saison nouvelle
Dans cette inconscience aux regrets inconnus
Que je sentais parfois lorsque nous parlions d’elle :

C’était notre jeunesse ou le temps revenu
Des fêtes commencées aux lueurs des chandelles
Et prolongées encore à l’aube retenue
Par le jardin complice à la vigne rebelle.

On célébrait déjà nos projets et nos gloires,
Brillants et contenus par la nuit blanche et noire
Et apaisés enfin par le sommeil. L’ivresse

Se plaisait à rêver d’Éternité, d’Ailleurs,
D’Arts et de Liberté qui exaltaient nos cœurs
Et que l’on trouvait là, mon jardin ! ma jeunesse !

Correspondances – 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS