Poème 'L’île Bonaventure' de Claudel

Accueil > Les membres > Page de poésie de Claudel > L’île Bonaventure

L’île Bonaventure

Claudel

Les fous de Bassan à tête jaune
les macareux à bec tricolore
tournoyaient en boucles ondulantes
telles des flammes irisées
au vent largue de la mer

un tourbillon venu des falaises
fouettait les oiseaux
comme un martinet de torture
et le ciel éthéré de particules d’eau
déchaînait une rafale de bruines froides
vers les nues, vers l’aura astrale
vers l’empyrée des feux éternels

l’air se remplit d’un fluide obscur
la voûte céleste s’assombrit jusqu’au Zénith
une émanation de vapeur sombre
empêchait la lumière de surgir

tel un blizzard glacial
un mystérieux sifflement
ranima les oiseaux perdus
qui s’envolèrent vers les parois rocheuses
pour se protéger du fléau, pour nicher
et attendre patiemment l’accalmie.

(Série : prose laurentienne)

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / Février 2020

Poème préféré des membres

Eric25 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS