Poème 'L’Amour qui me tourmente' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Amours de Francine'

L’Amour qui me tourmente

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Amours de Francine"

L’Amour qui me tourmente
Je trouve si plaisant
Que tant plus il s’augmente
Moins j’en veux estre exemt :
Bien que jamais le somme
Ne me ferme les yeux,
Plus amour me consomme
Moins il m’est ennuyeux.

Toute la nuit je veille
Sans cligner au sommeil,
Remembrant la merveille
Qui me tient en éveil,
Me representant celle
Que je voy tout le jour,
De qui l’image belle
Travaille mon sejour.

Toute nuit son image
Se montre devant moy :
Le trait de son visage
Tout tel qu’il est je voy :
Je voy sa belle bouche,
Et je voy son beau sein,
Ses beaux tetins je touche,
Et je baise sa main.

Le jour si ma Maistresse
Favorable m’a ris,
Il faut que j’en repesse
Toute nuit mes espris.
Si d’une oeillade gaye
Elle m’a fait faveur,
La nuit sa douce playe
Me chatouille le coeur.

S’elle égaye la place
De son bal gracieux,
Toute la nuit sa grace
Recourt devant mes yeux :
Si en douce merveille
J’ay ouy sa chanson,
Toute nuit en l’oreille
J’en regoute le son.

O heureuse ma vie
De jouïr d’un tel heur !
Non, non, je n’ay envie
D’avoir d’un dieu l’honneur,
Puis qu’à souhet je passe
Et la nuit et le jour,
Recueillant tant de grace
Du tourment de l’amour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean-Antoine de BAÏF

Portait de Jean-Antoine de BAÏF

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le 19 février 1532, de mère inconnue, et mort à Paris le 19 septembre 1589, est un poète français. Fils de Lazare de Baïf, Jean-Antoine de Baïf, ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, se distingue comme le principal artisan de l’introduction, en France, d’une... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto