Poème 'La vitre cassée' de guillaumePrevel

La vitre cassée

guillaumePrevel

La bise frappe les carreaux
Le vent s’engouffre dans la maison
Cruelle et morne saison
Où résonnent les chants lugubres du corbeau

La vitre est cassée
Le froid, la neige
Le silence, la mort et son cortège
Tous, se sont engouffrés

Bien loin le merveilleux été!
Qui voyait passé les hirondelles par la vitre cassée
Bien loin le sublime printemps!

Il n’y a plus rien, il fait noir!
Les nuits qui s’étendent brisent la vie et l’espoir
A travers la vitre cassée.

20 SEPTEMBRE 2017

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS