Poème 'La Caverne' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

La Caverne

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Voici dans les rochers l’accès du corridor,
Il descend, dans la nuit, au cœur de la planète.
Le bruit du monde ici se dissout et s’endort.
À son seuil le soleil et la lune s’arrêtent.

Eurydice est passée par là, voici son pied
Dans la terre marqué mais la piste se brise
La phrase s’interrompt, le serment est délié,
Le cavalier se cabre et se fixe à la frise.

Ces autres pas qui vont ailleurs sont ceux d’Orphée,
L’éclipse est terminée et le ciel resplendit
En nous rendant notre ombre et sa maison hantée

Loin, derrière un fourré d’épines et de roses
La ménade s’endort dans le bois interdit.
Un nuage est au ciel comme une fleur éclose.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Robert l'homme-grenouille
    -------------------------------

    Robert devient atlante aussitôt qu'il s'endort :
    Il franchit la surface où le ciel se reflète,
    Puis un passage étroit, tunnel ou corridor,
    Qui sous l'Océan mène à sa base secrète.

    Il n'a point rangé là d'armes ou de trésor ;
    Il n'y médite point sur des formes abstraites,
    C'est juste un endroit sombre où se posent son corps
    Et son âme pour jouir d'une calme retraite.

    Qui vient l'y retrouver ? La sirène ? La fée ?
    Madeleine portant le Vin qui resplendit ?
    Le groupe turbulent des enfants de Morphée ?

    Peut-être cette aimable et nostalgique rose,
    Qui, bravant du cosmos les sombres interdits,
    Sur un astéroïde autrefois fut éclose.

  2. Planète Triskell
    -----------

    La planète survit près d'un soleil noirci ;
    On y voit des déserts et des zones humides,
    Des primates malins, des acariens livides
    Et des sylphes dansant sous le ciel obscurci.

    Vastes sont les étangs, l'air en est adouci ;
    Les poissons parcourant ces étendues liquides
    Aux plongeurs tout un jour peuvent servir de guides,
    Le pourboire avec eux n'est jamais un souci.

    La planète Triskell n'a pas de soeur aînée,
    Reine de son système elle fut couronnée,
    Par ses propres vivants : il est vrai qu'à leurs yeux

    On ne trouvera pas une terre plus belle,
    Ils ont le plus grand soin de lui rester fidèles
    Et d'orner son image à la face des cieux.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS