Poème 'La Médène' de marisolle

La Médène

marisolle

A l’aide du fusain,
je trace ses contours d’un geste léger,
ses cheveux se déploient, s’enroulent, se déroulent
dans une danse lente et suave.
A-t-elle des jambes, des pied ?
Ou ressemble-t-elle à cette malheureuse sirène
qui perdit sa queue de trop d’amour ?
Mon crayon va, virevolte, dessinant l’oeil,
la bouche, les mains…
Je la regarde d’un peu loin.
Sensuelle, son regard appelle.

et Freud, à mon oreille, qui murmure :
-libido d’objet…libido d’objet…

Je ne l’écoute pas,
que nenni, je poursuis mon oeuvre.
A présent, le pinceau cerne les contours,
remplit le blanc de nuances claires pour les cheveux
où le jaune le dispute à l’orangé et l’orangé au brun.
J’accentue un peu le contour de la bouche et la remplit
d’un rouge pas trop vif, l’intérieur d’un rouge plus sombre.
L’oeil, ensuite, qui exprime tant de choses
en si peu de mots non dits.

et Freud, à mon oreille, qui murmure encore :
-libido d’objet…libido d’objet…

Ah, oui, à présent que tu le dis, tu aurais raison.
Voyons un peu :
Avec un gros pinceau, j’ajoute des traces bleues,
vertes, violettes, qui recouvrent d’une couche
transparente ce visage.
Mais il continue à vivre, à sourire.
J’accentue un peu les mains et j’en fais plus
qu’un appel, un au revoir, ou un adieu…
Mais est-ce vraiment un adieu ?
Puis viennent d’autres teintes, et l’eau
se met à vivre.
Mais elle sourit toujours. Et j’ajoute du doré
en traces toujours légères…………
Peut-être que le soleil couchant,
dans ses ors et ses rouges

en fera une oeuvre d’art…………..

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS