Poème 'La menace' de guillaumePrevel

La menace

guillaumePrevel

Je ne suis pas certain
que ce monde à l’architecture bancale
Ne soit pas menacé directement
par l’inquiétude qui le gagne
Quand la violence gonfle et déborde
quand la haine gronde et prend toute la place
Lorsque les yeux des survivants
deviennent ceux des fous et des fanatiques
Et finissent par ressembler à des aiguillons
alors il ne reste plus qu’une terreur sourde
Qui répond maladroitement à une complainte
triste qui s’élève toujours
au dessus d’affreux charniers
Où de noirs corbeaux se repaissent
en ces jours de temps morts.

27 décembre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS