Poème 'La Palme' de Renée VIVIEN dans 'À l'heure des mains jointes'

La Palme

Renée VIVIEN
Recueil : "À l'heure des mains jointes"

À mon réveil, ce fut le miracle du monde,
Le ciel aux bleus de songe et les flots d’or vivant,
La Méditerranée… Et j’allais en rêvant,
Tant la paix de l’aurore était sage et profonde,
Que pour nous seules l’univers était vivant,
Et que nous étions l’âme et le centre du monde.

M’étant perdue au fond du jardin matinal,
Je détachai pour toi du palmier cette palme
Que la terre nourrit de sève forte et calme.
Là-bas, où l’air sonore est un vibrant cristal,
Très chère, tu prendras entre tes mains la palme
Que j’ai rompue, en le mystère matinal.

Car j’ai choisi, pour t’encadrer, ô la plus belle !
La volupté de ce décor italien,
De ce ciel dont le rire est moins doux que le tien,
De cette mer qui voit la lune émerger d’elle…
Vois, le prestigieux décor italien
Est seul digne de t’encadrer, ô la plus belle !

Et toi, sachant que rien n’égale la beauté,
Ni la puissance, ni la foi, ni le génie,
Souris, victorieuse, inconnue, infinie,
Parfaite en ta douceur comme en ta cruauté,
Plus grande que l’effort le plus fier du génie,
O femme pâle en qui triomphe la beauté !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS