Poème 'Nevermore' de Paul VERLAINE dans 'Poèmes saturniens'

Nevermore

Paul VERLAINE
Recueil : "Poèmes saturniens"

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L’automne
Faisait voler la grive à travers l’air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent.
Soudain, tournant vers moi son regard émouvant
 » Quel fut ton plus beau jour?  » fit sa voix d’or vivant,

Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique.
Un sourire discret lui donna la réplique,
Et je baisai sa main blanche, dévotement.

- Ah ! les premières fleurs, qu’elles sont parfumées !
Et qu’il bruit avec un murmure charmant
Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées !

Poème préféré des membres

FireFly, maelia et JulienALBESSARD ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. TRES BEAU POEME que jaime beaucoup et qui anime mes souvenirs passé

  2. Aérolicorne
    --------

    Je m’envole et je plane, et vous, ça vous étonne,
    Je glisse dans les airs, je m’élance en avant ;
    Ce n’est que du plaisir, ce n’est pas éprouvant,
    Mon corps immaculé ne pèse pas trois tonnes.

    J’ai reçu ce pouvoir d’un vieux druide, à Divonne,
    Homme de grand savoir et connaisseur du vent ;
    Avec lui, j’ai vécu des instants émouvants
    Au coeur d’un petit bois béni par sainte Yvonne.

    Tels sont mes souvenirs de ce maître angélique,.
    À suivre ses conseils tous les jours je m’applique;
    Je songe à lui sur terre et dans le firmament.

    Il se peut que son corps soit parti en fumée,
    Qu’il ne subsiste rien de ce vieillard charmant;
    Mais il est avec moi, puisque j’en fus aimée.

  3. Le seigneur d’Alpha Minotauri
    ------------

    Je suis un cancrelat, que nul ne s’en étonne,
    J’ai conquis le pouvoir, car je suis très savant ;
    Je tâche d’être noble et d’être un bon vivant,
    Même si le Cosmos est ici monotone.

    J’entrepose mon vin dans deux ou trois bonbonnes,
    Et c’est le sang de Dieu, je me le dis souvent ;
    Nous avons de cela des récits émouvants
    Que me narre mon scribe, et sa mémoire est bonne.

    Presque tous mes sujets sont un peu bordéliques,
    Sauf, bien sûr, le curé de notre Basilique
    Qui sur de nombreux points raisonne élégamment.

    Mes planètes n’ont pas encore été nommées,
    Juste numérotées, je ne sais pas comment,
    Par vos observateurs, qui sont toute une armée.

  4. Rois et empereurs
    -------

    Étonnants seigneurs
    Des systèmes planétaires,
    Nobles inconnus.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS