Poème 'La tempête' de guillaumePrevel

La tempête

guillaumePrevel

Le vent magnifique et puissant se lève,
Tout au dehors s’incline et se baisse,
Devant la majesté et sa colère sans faiblesse,
Qui souffle en rafales sur la mer et soulève,

Des vagues déferlantes blanches d’écume
Dont le sifflement horrible et plein de rancune
Fait s’effondrer partout les falaises et les dunes
Sur la côte dévastée où s’élèvera le constat d’amertume,

Devant tant de dégâts et de désolation
Que certains plus dévots annoncent fruit de la damnation
Et implorent le Bon Dieu de son secours

Mais déjà le ciel s’éclaircit et la mer se calme,
Charriant les décombres et les cadavres d’oiseaux
Sur la plage encore déserte qui pleure ses défauts.

02 Mars 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS