Poème 'La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles' de Paul VERLAINE dans 'Sagesse'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul VERLAINE > La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

Paul VERLAINE
Recueil : "Sagesse"

La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles
Est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d’amour.
Rester gai quand le jour, triste, succède au jour,
Etre fort, et s’user en circonstances viles,

N’entendre, n’écouter aux bruits des grandes villes
Que l’appel, ô mon Dieu, des cloches dans la tour,
Et faire un de ces bruits soi-même, cela pour
L’accomplissement vil de tâches puériles,

Dormir chez les pêcheurs étant un pénitent,
N’aimer que le silence et converser pourtant,
Le temps si grand dans la patience si grande,

Le scrupule naïf aux repentirs têtus,
Et tous ces soins autour de ces pauvres vertus !
- Fi, dit l’Ange Gardien, de l’orgueil qui marchande !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le Seigneur de Sirius
    ---------------------------

    Le Seigneur de Sirius n’a pas la vie facile,
    Ses six vastes cerveaux ont tant besoin d’amour !
    Son monde est plus brillant que notre astre du jour,
    Les habitants n’ont point de nos coutumes viles.

    Sur trois planètes sont de très anciennes villes
    Où l’on entend sonner des cloches dans les tours,
    Les citadins font ça, dit la légende, pour
    S’adresser au Seigneur de façon fort civile.

    Un grand nombre d’entre eux deviennent pénitents,
    Le diable de Sirius les emporte, pourtant :
    Quand ils en viennent là, leur déception est grande,

    Car ils ont tant prié, ces fidèles têtus,
    Ils ont tant cultivé la plus noble vertu !
    Le Seigneur les vend cher, mais le démon marchande.

  2. Dame d’Antarès
    -------------------

    S’approcher d’Antarès n’est pas chose facile,
    Où vit dans son château la Dame en mal d’amour ;
    Mais c’est un corps plus chaud que notre astre du jour,
    Fort périlleux serait cet amoureux concile.

    La dame d’Antarès règne sur quatre villes
    Et dans chaque cité fit bâtir quatre tours
    Dont chacune lui sert à ranger ses atours ;
    Les frais en sont payés sur sa liste civile.

    Or, ce n’est point cela qu’elle trouve important,
    Mais que les animaux des bois soient bien portants,
    C’est justement par là que cette dame est grande,

    Pour elle, que son corps soit bien ou mal vêtu,
    Cela n’est certes pas affaire de vertu ;
    Mais ce sont des habits dont on lui fit offrande.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS