Poème 'La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles' de Paul VERLAINE dans 'Sagesse'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul VERLAINE > La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

Paul VERLAINE
Recueil : "Sagesse"

La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles
Est une oeuvre de choix qui veut beaucoup d’amour.
Rester gai quand le jour, triste, succède au jour,
Etre fort, et s’user en circonstances viles,

N’entendre, n’écouter aux bruits des grandes villes
Que l’appel, ô mon Dieu, des cloches dans la tour,
Et faire un de ces bruits soi-même, cela pour
L’accomplissement vil de tâches puériles,

Dormir chez les pêcheurs étant un pénitent,
N’aimer que le silence et converser pourtant,
Le temps si grand dans la patience si grande,

Le scrupule naïf aux repentirs têtus,
Et tous ces soins autour de ces pauvres vertus !
- Fi, dit l’Ange Gardien, de l’orgueil qui marchande !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le Seigneur de Sirius
    ---------------------------

    Le Seigneur de Sirius n’a pas la vie facile,
    Ses six vastes cerveaux ont tant besoin d’amour !
    Son monde est plus brillant que notre astre du jour,
    Les habitants n’ont point de nos coutumes viles.

    Sur trois planètes sont de très anciennes villes
    Où l’on entend sonner des cloches dans les tours,
    Les citadins font ça, dit la légende, pour
    S’adresser au Seigneur de façon fort civile.

    Un grand nombre d’entre eux deviennent pénitents,
    Le diable de Sirius les emporte, pourtant :
    Quand ils en viennent là, leur déception est grande,

    Car ils ont tant prié, ces fidèles têtus,
    Ils ont tant cultivé la plus noble vertu !
    Le Seigneur les vend cher, mais le démon marchande.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto