Poème 'Après trois ans' de Paul VERLAINE dans 'Poèmes saturniens'

Après trois ans

Paul VERLAINE
Recueil : "Poèmes saturniens"

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin…
Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
- Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

Poème préféré des membres

verlaine2017 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. je lai adorer cette poésie

  2. mais normalement elle est pas plus longue ?

  3. Sur un air de Verlaine ....................mais voir ci-dessus (22 novembre) pour une variante au hasard.
    ------------------------------

    Ayant laissé la lionne exquise qui appelle,
    Je me suis promené autour d’un grand sapin.
    La lionne savourait le soleil du matin,
    Sertissant chaque fleur d’une ultime étincelle.

    Rien n’a changé. J’ai tout perdu : l’humble chandelle
    De vigne folle avec les animaux marins ;
    Le mulet fait toujours son murmure mondain
    Et le moutardier sa plainte froide et formelle.

    Les douves comme avant palpitent ; comme avant,
    Les hiboux orgueilleux se soumettent au vent,
    Chaque jupette qui va et vient m’est connue.

    Hélas, j’ai retrouvé debout le Franz Kafka
    Dont l’argent se ternit au bout de l’avenue,
    -- Pâle, parmi l’odeur pauvre du catalpa.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto