Poème 'La Belle au Bois dormait…' de Paul VERLAINE dans 'Amour'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul VERLAINE > La Belle au Bois dormait…

La Belle au Bois dormait…

Paul VERLAINE
Recueil : "Amour"

La Belle au Bois dormait. Cendrillon sommeillait.
Madame Barbe-bleue ? elle attendait ses frères ;
Et le petit Poucet, loin de l’ogre si laid,
Se reposait sur l’herbe en chantant des prières.

L’Oiseau couleur-du-temps planait dans l’air léger
Qui caresse la feuille au sommet des bocages
Très nombreux, tout petits, et rêvant d’ombrager
Semaille, fenaison, et les autres ouvrages.

Les fleurs des champs, les fleurs innombrables des champs,
Plus belles qu’un jardin où l’Homme a mis ses tailles,
Ses coupes et son goût à lui, – les fleurs des gens ! -
Flottaient comme un tissu très fin dans l’or des pailles,

Et, fleurant simple, ôtaient au vent sa crudité,
Au vent fort, mais alors atténué, de l’heure
Où l’après-midi va mourir. Et la bonté
Du paysage au coeur disait : Meurs ou demeure !

Les blés encore verts, les seigles déjà blonds
Accueillaient l’hirondelle en leur flot pacifique.
Un tas de voix d’oiseaux criait vers les sillons
Si doucement qu’il ne faut pas d’autre musique…

Peau d’Ane rentre. On bat la retraite – écoutez ! -
Dans les Etats voisins de Riquet-à-la-Houppe,
Et nous joignons l’auberge, enchantés, esquintés,
Le bon coin où se coupe et se trempe la soupe !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Arthur Rimbaud dormait. Verlaine sommeillait.
    Ils étaient là, couchés, tous deux, comme des frères,
    S’en allant explorer un univers moins laid,
    Ou du moins, plus conforme à leurs vives prières.

    Leurs beaux alexandrins planaient dans l’air léger ;
    Les oiseaux les disaient aux arbres des bocages
    Qui prenaient un grand soin à toujours ombrager
    Ces deux poètes nus, allongés sur la paille.

    La scène eût pu choquer par quelque crudité ;
    Mais puisqu’elle avait lieu dans cette innocente heure
    Où le monde ne sait que vivre la bonté,
    Nul passant ne trouvait péril en la demeure.

    La barbe de Verlaine et les beaux cheveux blonds
    De Rimbaud se mêlaient en un flot pacifique ;
    Verlaine, ainsi que Booz auprès de ses sillons,
    Rimbaud, pareil à Ruth enivrée de musique,

    Celle que joue un ange en la Bible. Écoutez,
    L’ange n’est pas tout seul, ils sont toute une troupe ;
    Ils ont marché longtemps, leurs pieds sont esquintés,
    Ce soir, Dieu leur devra double ration de soupe.

  2. Retouche :

    remplacer "sur la paille" par "sur l'herbage.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto