Poème 'Marine' de Paul VERLAINE dans 'Poèmes saturniens'

Marine

Paul VERLAINE
Recueil : "Poèmes saturniens"

L’Océan sonore
Palpite sous l’oeil
De la lune en deuil
Et palpite encore,

Tandis qu’un éclair
Brutal et sinistre
Fend le ciel de bistre
D’un long zigzag clair,

Et que chaque lame,
En bonds convulsifs,
Le long des récifs
Va, vient, luit et clame,

Et qu’au firmament,
Où l’ouragan erre,
Rugit le tonnerre
Formidablement.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel, Idem et Automnale ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. j'ai ce poème dans u examen svp aidez mwa le jour de l'examen est :17/1/2010

  2. PART LE CÉLESTE TRÈS HAUT DES CIEUX ET PAR LE FRACASSANT ROULEMENT DE TONNERRE DU COURROUX AINSI QU'UN" CINGLANT ÉCLAIR COMME UNE LAME DE LUMIÈRE JAILLISSANTE SUR TON REPENTIR VOULU" ALORS LE MYSTÈRE ACCOMPLI TA JOURNÉE SERA RELUISANTE AVEC LÉGÈRETÉ ET DU BONHEUR RETROUVE *

  3. Exactement BECKER je suis tout à fais en accord avec toi!

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS