Poème 'L’abeille' de guillaumePrevel

L’abeille

guillaumePrevel

Sur le reposoir de son aréole
Là où mes lèvres assoiffées goûtent à l’or
Et où souvent épuisé je m’endors
Sous le souffle léger de sa poitrine folle

Je butine
Au plaisir délicat
D’un délicieux repas
Où le pistil se mélange à l’étamine

Car pour moi toujours
Les pétales de son corps
Acceptent les ébats les efforts

Où mon cœur esclave
De l’amour
S’abandonne jusqu’au petit jour.


13 SEPTEMBRE 2017

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS