Poème 'L’Air homicide' de Robert DESNOS dans 'C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »'

L’Air homicide

Robert DESNOS
Recueil : "C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »"


À Charles Duhamel

Le pylône met du noir à ses yeux
L’Olympe et le paradis et les forêts
C’est comme les vieilles ampoules électriques
On suce maintenant la poésie au téton pointu
de ces seins homicides et lumineux
L’orage est une marque d’automobiles pour
les amants invisibles de la lumière
Les canons de fusil comme autant de bouches de héros
coupent leur langue et la jettent aux cœurs insolents
L’amour comme un poisson nage dans le vitriol
La magnéto centrale la magnéto centrale
eh bien la magnéto centrale quoi quoi
le rossignol ! celui du Japon !
La terre la mer et ton sein tremblent
et les armées comme une avalanche
Je vous dis qu’elles auront ma tête
ô mort
bel alpiniste dans l’armure du prince blanc !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto