Poème 'Le daïmio' de José-Maria de HEREDIA dans 'Les Trophées'

Le daïmio

José-Maria de HEREDIA
Recueil : "Les Trophées"

Sous le noir fouet de guerre à quadruple pompon,
L’étalon belliqueux en hennissant se cabre
Et fait bruire, avec des cliquetis de sabre,
La cuirasse de bronze aux lames du jupon.

Le Chef vêtu d’airain, de laque et de crépon,
Ôtant le masque à poils de son visage glabre,
Regarde le volcan sur un ciel de cinabre
Dresser la neige où rit l’aurore du Nippon.

Mais il a vu, vers l’Est éclaboussé d’or, l’astre,
Glorieux d’éclairer ce matin de désastre,
Poindre, orbe éblouissant, au-dessus de la mer ;

Et, pour couvrir ses yeux dont pas un cil ne bouge,
Il ouvre d’un seul coup son éventail de fer
Où dans le satin blanc se lève un Soleil rouge.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bjr. Dans une définition de mots croisés, Michel LACLOS : Jaune à sang bleu. J'ai trouvé le nom de DAIMIO. Pouvez vous m'indiquer son origine. Merci.

  2. Bonjour Domagala,

    Un daïmio est un noble de l'époque féodale japonaise. Le poème semble décrire un lendemain de guerre sanglant au pays du Soleil levant. le daïmio constate les dégâts. Je ne l'avais jamais lu. J'aime beaucoup.

    Pour votre définition de mots croisés : "jaune" = "japonais" ou "asiatique" (très moyen dans le style ...), "à sang bleu" = "noble". Il fallait trouver une titre de noblesse japonais. "Daïmio" semble donc être une bonne réponse !

  3. Inconnu comme le loup bleu
    -----------------------------------

    Il n’est point un goupil dérobeur de chapons,
    Ni, sur la vaste lande, un âne qui se cabre ;
    Et ce n’est pas non plus un tigre à dents de sabre,
    Moins encore un gorille amateur de jupons.

    Ce n’est pas un dragon de laque et de crépon,
    Pas plus qu’un singe orné de rouges fesses glabres ;
    C’est le loup qui, jadis, dévorant du cinabre,
    Donnait la répartie au blaireau du Japon.

    Mais tel fut son destin, défini par les astres :
    À l’abri du bonheur, à l’abri du désastre,
    Jamais il ne sera un fameux loup de mer ;

    Me fixant de ses yeux dont pas un cil ne bouge,
    Il s’accroupit soudain sur ses jarrets de fer,
    Pendant qu’à l’horizon se lève un soleil rouge.

  4. Ambiloup
    --------

    C’est un brave animal, ce n’est pas un fripon ;
    Jamais il ne rugit, jamais il ne se cabre ;
    Si tu le vois passer, ne brandis pas ton sabre,
    Mais tu peux lui offrir des cuisses de chapon.

    Nous avons découpé son profil en crépon,
    Cela pour décorer la salle des palabres ;
    Il est couleur d’azur et couleur de cinabre,
    Le cadre qui l’abrite est en bois du Japon.

    Je vois déambuler l’ambiloup sous les astres,
    Je sais que sa présence éloigne les désastres;
    Et nous ne serons point engloutis sous la mer.

    Il est beau quand il dort, il est beau quand il bouge,
    Il peut mordre la lune, il peut manger du fer,
    Jadis il fut copain du fier Rackham le Rouge.

  5. Loup des deux rives
    -----------

    Ce prédateur habite auprès d’un très vieux pont
    Qui fut cher à nos coeurs et pourtant se délabre ;
    Sur les deux rives sont des marchands de cinabre
    Chantant des airs auxquels un clair écho répond.

    Ce vieux mâle n’est pas un coureur de jupons,
    Par ailleurs il se tient à l’écart des palabres ;
    Il ne redoute point le soldat ni son sabre,
    Malgré la longue lame en acier du Japon.

    Il écoute le vent et consulte les astres,
    Puis il lit des écrits de Geneviève Pastre,
    Cela le rafraîchit autant qu’un bain de mer.

    Il ne travaille point et rarement il bouge,
    Il est indifférent, mais il n’est pas amer,
    Il savoure le soir un verre de vin rouge.

Rédiger un commentaire

José-Maria de HEREDIA

Portait de José-Maria de HEREDIA

José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905) est un homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. En tant que poète, c’est un des maîtres du mouvement parnassien, véritable joaillier du vers. Son œuvre poétique est constituée d’un unique recueil, « Les... [Lire la suite]

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS