Poème 'Le dernier serment' de guillaumePrevel

Le dernier serment

guillaumePrevel

Je suis en sang, prêt pour le dernier serment,
Qui me fera sentir grand
Et c’est mon cœur que l’on entend
Ouvert comme une cage à tous les vents
Pour répandre comme des graines une parole
Que mon irrésolu espoir console
Avec dans la bouche
Un goût de délice
D’une plante de souche
Inconnue et mystérieuse de vice
Et je dis dans les tremblements de mes spasmes
Et je lis dans mes crises d’asthme
Que l’aube sera nouvelle
C’est tristement certain
Mais l’aube ne sera pas belle
C’est malheureusement le destin!
Et je vous maudis
Terriens aux sombres desseins
Qui avez détruit
Ce en quoi j’éprouvais de l’amour!
Et je peux vous assurer qu’au moment
Où j’écris ces mots précipités tel un roman
Dans l’horreur noire de la fin du jour
Que je suis mille fois plus heureux
Que vous et pour toujours car j’ai volé la beauté
Du monde dans mes yeux
Et je l’ai emporté avec moi dans un tour
Dans un éclat de voix au royaume des bienheureux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS