Poème 'Le désert aux Djinns' de guillaumePrevel

Le désert aux Djinns

guillaumePrevel

Partout ici le soleil écrase,
La vie qui s’exprime durement et par râles,
Les dunes de sables qui s’évasent,
Sous le vent brûlant, lourd et fatal,

Cachent des os jaunissants
Que les grands souffles du soir
Font tinter mélancoliquement
Sous le couvert d’un ciel étoilé et bien noir

Là, le voyageur qui s’égare solitaire
Devient fou rapidement et entend partout
Le chant mystérieux des Djinns millénaires
Qui s’amusent de lui en chantant dans l’obscurité des youyous

Alors épuisé, assoiffé, il s’écroule dans le sable
Et abandonne son corps à la nuit du tombeau
Tandis que lentement s’échappe vers le ciel son âme charitable
Qui s’élève rassurée vers la blancheur lunaire d’un mystérieux flambeau.

23 MAI 2016

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS