Poème 'Le fil si ténu' de marisolle

Le fil si ténu

marisolle

Le fil si ténu s’est rompu.
Je marchais sur lui
et sans crier gare,
je me suis retrouvé pendue à un bout
pendant que l’autre morceau
se baladait tout là-haut !
Me voilà bien ! comment vais-je faire
pour regagner le plancher des vaches ?
Je me balance de fil en aiguille
d’aiguille en fil ?
Je tourbillonne et ne sais plus quoi faire
ni à quel saint me vouer ?
Je l’avais pourtant prévenu
qu’il ne fallait pas le lâcher !
Mais il a du regarder ailleurs,
et oublier d’y penser !
Peut-être un oiseau de passage
aura-t’ il pitié de moi ?
Je guette de tous cotés
et me désespère de ne rien trouver.
Je me sens d’un coup si faible
que je crois bien que je vais lâcher
et me retrouver en petits tas
là-bas, tout en bas.
Mais voici que, miracle, une main
venue d’on ne sait où se tend
et m’attrape par un bras
me dépose à terre et disparait.
Me serais-je vouée sans le savoir
à quelque saint rescapé ?
Mais non, une grue, bel oiseau
en volant, m’embrocha de son bec
longiligne et me déposa dans la rosée
sans crier gare ni s’excuser.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS