Poème 'Le lit d’Ophélie' de guillaumePrevel

Le lit d’Ophélie

guillaumePrevel

Autour de son cou blanc
Un collier de fleurs rouges et bleues
S’emmêlent dans les boucles de ses cheveux
Qui flottent dans l’eau légèrement

Elle semble dormir sur ce lit d’eau
Qui la transporte de sa main spectrale
Vers les profondeurs de la terre sépulcrale
Où se désagrègent les os et la peau

En tristesse, le silence, sur la rivière l’accompagne
Comme la mort sa dernière compagne
Vers son ultime résidence

Son beau visage endormi et serein
Semble posée sur un traversin
Fait de branches brisées et de fleurs arrachées.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS