Poème 'Le navire fantôme' de guillaumePrevel

Le navire fantôme

guillaumePrevel

Errant sur l’écume et les flots
Un navire fantôme file vers le naufrage
Emportant son équipage dans un bruit de sanglot
Ses voiles déchirées claquent au vent comme l’orage

Sur les eaux profondes et sombres
Il vogue dans un frêle murmure
Cachant aux yeux des vivants ses blessures
Silencieux il dérive en un noir tombeau avec ses ombres

Un grand et terrible drame
A frappé ce magnifique trois-mats
Où la mort farouche a cueilli toutes les âmes
En semant la peste parmi les rats

A présent le drapeau noir flotte effrayant
Au dessus de ce lit de cadavre maudits
D’où lentement remonte des profondeurs infinies
Des chants mortuaires qui rappellent aux vivants

Que cruelle est la mort
Quand elle se prend pour le capitaine
Et qu’elle décide du pauvre sort
Des marins qu’elle tient en ses chaînes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS