Poème 'Le nez dans la fange' de guillaumePrevel

Le nez dans la fange

guillaumePrevel

Jupiter a trébuché
Il a le nez dans la fange
Il goûte à ce met étrange
En regardant le mont d’où il a chuté

Cependant, il n’y a que le silence
Comme réponse à ses questions humaines?
Lui qui se croyait supérieur se trouvait dans la gêne
Et bien minable en l’occurrence

-Ne suis-je pas réellement tout puissant?
Que fais-je chez les hommes?
A leur hauteur, haut comme trois pommes?
Pourquoi ai-je chuté du monde des géants?

Et toujours le silence lui répondait
Avec le vide pour complice
Et Jupiter le petit comprit la malice
De ceux qui à présent le rejetaient

Après l’avoir fait pour leur propre intérêt, roi
Et il entendit dans sa tête arrogante
La vérité dure et bien gênante
« Tu n’es plus utile, vois, ils n’ont plus besoin de toi! »

Lui soufflait le peu de conscience
Que lui accordait encore sa part d’humanité
Il restait là, allongé l’air hébété
Regardant au loin le trône de la présidence

-Visiblement je ne suis plus rien?
Où sont mes amis, mes courtisans?
Tout est fini, je sens le néant!
Suis-je donc moi aussi de la race des vauriens?


11 octobre 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS