Poème 'Le nœud gordien' de guillaumePrevel

Le nœud gordien

guillaumePrevel

Vains et souffreteux souvenirs,
Amers espoirs étourdis,
Tout ressemble à la nuit,
Même l’ancienne beauté de ton sourire,

Alors même que la pluie de l’automne
Tombe en plein milieu du printemps
Plus rien ne me surprend
Plus rien ne m’étonne

J’ai brisé cet étrange lien
L’inextricable nœud gordien
Qui me retenait comme une ombre

A présent ma peine s’évanouit
Les pleurs, les gouttes de pluie
Les larmes, les cris ne m’atteignent plus.

15 mai 2021

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS