Poème 'Le passeur d’états d’âme' de guillaumePrevel

Accueil > Les membres > Page de poésie de guillaumePrevel > Le passeur d’états d’âme

Le passeur d’états d’âme

guillaumePrevel

Sur la ville qui dort encore un peu, se lèvent des brumes factices
Que traversent lentement un bateau fantomatique
Au son d’une corne de brume énigmatique…
La Seine prend alors sa pose d’actrice

Toute frémissante du clapotis
Des flots verts jades et ceux verts émeraudes…
Pourquoi faut-il, malgré moi que toujours je rode
En ces lieux où mon âme reste meurtrie?

Anéanti de regrets anciens dont je ne veux plus
Faut-il pour autant vivre en reclus?
Prisonnier de nos pensées où dorlotent les mémoires?

La vie encore!…toujours la vie!…
Nous devons continuer à avancer, c’est ainsi!
Et tant pis pour les visages et les morts remémorés!

21 février 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS