Poème 'Le petit homme' de marisolle

Le petit homme

marisolle

Le petit homme
qui dansait
dans ma tête
une gigue
infernale,
a disparu,
ce matin,
sur la pointe
des pieds,
sans faire
de bruit.
Il est parti
à l’aurore.
Je l’ai vu
s’en aller
sur le chemin,
dans la lumière
rasante.
Il ne s’est pas
retourné,
aucun signe
de la main,
il m’a ignorée.
il est parti
enfin !
il s’est fondu
dans le néant,
être sans existence.
il a fondu
comme glace
au printemps.
Ne reste rien de lui
qu’un souffle de vent

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS