Poème 'Le revenant' de guillaumePrevel

Le revenant

guillaumePrevel

Malgré toutes les saisons passées
Dans son ancien corps pourrissant
Qui en sa tombe est gisant
Il ne cesse de pleurer d’être trépassé

Car le mari défunt ne cesse d’aimer sa femme
Son adorée qu’il a quitté, à son corps défendant, trop tôt!
Alors en une ombre furtive, il a déserté le tombeau
Pour rester auprès de son amour, en une douce flamme

Invisible! Depuis chaque nuit, il entre dans le lit conjugal
Comme au temps sublime de son bonheur marital
Afin de se blottir contre la jeune et belle veuve

Où il se glisse sous les draps en un glacial frisson
Qui fait dresser les poils blonds de la jolie dame
Et fait trembler tout entier son corps plein de charme.

23 MAI 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS