Poème 'Le Sourd et l’aveugle' de Paul ÉLUARD dans 'Mourir de ne pas mourir'

Le Sourd et l’aveugle

Paul ÉLUARD
Recueil : "Mourir de ne pas mourir"

Gagnerons-nous la mer avec des cloches
Dans nos poches, avec le bruit de la mer
Dans la mer, ou bien serons-nous les porteurs
D’une eau plus pure et silencieuse ?

L’eau se frottant les mains aiguise des couteaux.
Les guerriers ont trouvé leurs armes dans les flots
Et le bruit de leurs coups est semblable à celui
Des rochers défonçant dans la nuit les bateaux.

C’est la tempête et le tonnerre. Pourquoi pas le silence
Du déluge, car nous avons en nous tout l’espace rêvé
Pour le plus grand silence et nous respirerons
Comme le vent des mers terribles, comme le vent

Qui rampe lentement sur tous les horizons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. J'aime mon vieux beffroi et le son de ses cloches
    Qui au village sont premières à chanter ;
    L'église vient après, que l'on entend tinter
    Alors que l'eau du ciel délave les toits proches.

    Le boucher de la place a sorti ses couteaux
    Pour tailler tout le jour la viande en belles tranches,
    Le boulanger ouvre un sac de farine blanche,
    L'écluse du canal réceptionne un bateau.

    Tout le jour, la pluie tombe et berce le silence
    Des villageois qui ont espéré le printemps ;
    Quelques-uns sont assis au café, méditant
    Sur des vers d'Eluard, chargés d'ambivalence.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto