Poème 'Le vent de l’automne' de guillaumePrevel

Le vent de l’automne

guillaumePrevel

A son contact les feuilles s’inclinent
D’autres tourbillonnent avant de chuter
Dans un joli frisson de fin d’été
Où déjà se devine

La marque cruelle de l’automne
L’eau des canaux se rafraîchit
En charriant sur elle l’agonie
Des feuilles d’un marron monotone

Le vent souffle plus fort et sans être mauvais
Il arrache aux arbres un peu de leur vie
En inclinant les branches pourries
Vers la terre où triomphe déjà les regrets

L’automne petit frère de l’hiver
Annonce son règne en une triste mélodie
Aux longs et doux refrains de mélancolie
Qui tous riment avec les journées regrettées d’hier.

13 octobre 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS