Poème 'Les funérailles' de guillaumePrevel

Les funérailles

guillaumePrevel

J’entends le son triste de l’église qui annonce,
Au loin l’enterrement,
La foule rassemblée écoute le curé qui énonce
Les mérites de celui qui n’est plus vivant.

Les femmes pleurent de chagrin,
A grosses larmes, sincérement,
Les hommes regrettent l’ami défunt,
Plongés dans leurs souvenirs, mélancoliquement,

Puis, chacun jette sur le cercueil,
Au fond de la fosse profonde,
Un peu de terre, et en silence se recueille,
Pour finalement se séparer en quelques secondes,

Après de courtes embrassades et de tristes poignées de mains.

25 octobre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS