Poème 'Les morts' de guillaumePrevel

Les morts

guillaumePrevel

Ils regretteront la chaleur
De l’immortel soleil
Quand leurs corps seront mis en sommeil
Dans l’immobile froideur

De leurs cercueils intimes
Le soleil ne caressera plus leur peau
La pluie ne lavera pas leur os
Au plus profond de ce sordide abîme

Ils auront pour compagnie le pesant silence
Et l’oubli des hommes pour dernière offense
La nuit, le jour semblables aux ténèbres…

Et tous leurs maux seront funèbres
Ils regretteront la chaleur de l’immortel soleil
Quand leurs corps pourriront de l’éternel sommeil.

15 octobre 2018

Poème préféré des membres

prpla1 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS