Poème 'Les torrents infertiles' de guillaumePrevel

Les torrents infertiles

guillaumePrevel

Rage qui se propage en moi
Colère et haine inutiles
Qui passez comme des torrents infertiles
Où votre violence me laisse sans émoi

Passez jours sombres
Recouvrez un temps ma vie de nuages noirs
Après l’orage revient toujours l’espoir
Après les séismes, les cataclysmes, on relève les décombres

Passez donc sur moi comme le mauvais vent
Rien ne restera des tourments
La vie inépuisable reprend toujours ses droits

Rage qui se propage en moi
Et qui me laisse sans émoi
Passe comme le vent, passe comme les torrents infertiles.

28 Novembre 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS