Poème 'Or, dis je bien, mon esperance est morte' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vingt neuf sonnetz'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > Or, dis je bien, mon esperance est morte

Or, dis je bien, mon esperance est morte

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vingt neuf sonnetz"

Or, dis je bien, mon esperance est morte.
Or est ce faict de mon ayse et mon bien.
Mon mal est clair : maintenant je veoy bien,
J’ay espousé la douleur que je porte.

Tout me court sus, rien ne me reconforte,
Tout m’abandonne, et d’elle je n’ay rien,
Sinon tousjours quelque nouveau soustien,
Qui rend ma peine et ma douleur plus forte.

Ce que j’attends, c’est un jour d’obtenir
Quelques souspirs des gents de l’advenir :
Quelqu’un dira dessus moy par pitié :

 » Sa dame et luy nasquirent destinez,
Également de mourir obstinez,
L’un en rigueur, et l’aultre en amitié.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto