Poème 'L’hirondelle et le moineau' de guillaumePrevel

Accueil > Les membres > Page de poésie de guillaumePrevel > L’hirondelle et le moineau

L’hirondelle et le moineau

guillaumePrevel

« Hirondelle, pourquoi files-tu si vite,
Vers tes contrées lointaines d’Afrique;
Alors que nous sommes ici en pays idyllique?
Faut-il vraiment qu’à la fin de l’été tu nous quittes? »
C’est ainsi que parlait un frêle moineau
A une belle hirondelle qui frôlait l’onde de l’eau
« Je ne peux doux moineau hélas,
Rester davantage en ces lieux si radieux
Soient-ils; sans craindre venir de ces cieux,
Ma mort prochaine par la froidure et la glace! »
« Ne crains pas cela, répond sincérement l’innocent moineau,
J’ai passé fièrement un hiver
Bien blotti et serré contre les plumes de mes frères
Et si tu restes avec moi nous verrons un printemps plus beau! »
« Adieu, lui répond l’hirondelle,
Avant de s’élever rapidement dans le ciel.
J’espère te revoir sain et sauf à mon retour,
Et que tu aies raison dans l’assurance de ton discours! »
Parlant ainsi elle s’éloigne
Vers les pays d’Afrique qui la soigne
Des maux terribles de l’hiver,
En survolant ce beau pays aux chatoyantes rivières.
Au printemps suivant, elle revint tenant sa promesse
Et fit un détour pleine d’allégresse
Pour saluer son ami le moineau
Qu’elle ne trouva guère, un jour des plus beaux.
Elle passa, repassa pour trouver son ami
Et rencontra l’un de ses frères, à la mine meurtrie.
« Mon frère est mort cet hiver, lui raconta ce dernier »
L’hirondelle le pleura avant de se retirer,
Puis prise de remord, revint voir le petit moineau
Et lui donna ce conseil:
« Aux premiers grands froids petit oiseau,
Ne tombe pas de sommeil
Mais gagne les pays du soleil riant,
Si tu veux revoir un nouveau printemps triomphant! »
« Je te remercie belle hirondelle du conseil,
Mais j’ai moi-même tenu fièrement cet hiver
Blotti contre mes frères, privés de soleil
Et c’est ici la terre de mes pères! »
Au printemps suivant l’hirondelle repassa
Mais ne s’arrêta guère pour voir les dégâts
Causées par les neiges, chez ses amis les moineaux
Pour ne pas à avoir à compter le nombre des tombeaux.

27 septembre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS