Poème 'Lisou' de guillaumePrevel

Lisou

guillaumePrevel

J’aime sentir sur moi le léger frou-frou de sa robe
Passer comme une onde pure sur ma peau
Comme le ferait l’eau fraîche d’un ruisseau
Qui sous ma main tendue se dérobe

Sur son dos noir, étroit et élastique
Et sur son cou nerveux, légèrement blanc
Dans la nuit, elle ressemble parfois à un revenant
A ces heures où les choses deviennent mystiques

Alors fatiguée, sans un effort, elle se love
Dans un creux profond de ma couverture
Après avoir fait un dernier repas de nourriture;

Un ronron et une ultime séance de caresses
Où réapparaissent rapidement sa langueur, sa paresse
Avant qu’elle ne s’endorme toute une partie de la nuit.

8 Mars 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS