Poème 'Notre mort' de Paul ÉLUARD dans 'Le Devoir et l'Inquiétude'

Notre mort

Paul ÉLUARD
Recueil : "Le Devoir et l'Inquiétude"

I

On nous enseigne trop la patience, la prudence — et que pouvons mourir.
Mourir, surpris par la plus furtive des lumières, la mort brusque.
« Moi, dans la Belle au bois dormant ! » railles-tu, nous faisant rire.

II

Je connais tous les chants des oiseaux.

Nous avons crié gaiement : « Nous allons à la guerre ! » aux gens qui le savaient bien.
Et nous la connaissions !
Oh ! le bruit terrible que mène la guerre parmi le monde et autour de nous ! Oh ! le bruit terrible de la guerre !
Cet obus qui fait la roue,
la mitrailleuse, comme une personne qui bégaie,
et ce rat que tu assommes d’un coup de fusil !

Poème préféré des membres

moebiusnadia et kelmorabethi94 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS