Poème 'Pacha du divan' de guillaumePrevel

Pacha du divan

guillaumePrevel

Mon beau chat au pelage de nuit
Serre toi tout près de moi
Et laisse mon regard plonger
Dans les vastes halos ambrés
De tes beaux éclipsés
Par deux lunes noires opaques.

Mon beau chat au manteau d’obscurité
Tu fermes tes grands yeux diaboliques
Visiblement épuisé de tes journées de sommeil
Et le ronronnement mécanique
Se met en route sous ma main caressante.

Mon beau chat à la douce tunique de velours
Tu t’endors tranquille dans le creux de mes bras
Et tes grands yeux faits de braises
S’éveillent parfois lourds d’une fatigue constante
Pour voler le feu de la bûche crépitante
Qui brûle dans l’âtre de la cheminée.

Doucement je me lève en te regardant
Étrange ange noir déchu aux ailes d’or arrachées
Et je te repousse délicatement sur le divan
En te soulevant silencieusement
Pour ne pas t’arracher à tes merveilleux rêves
De la chasse aux courses vertigineuses.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS