Poème 'Parfum suranné' de guillaumePrevel

Parfum suranné

guillaumePrevel

Le temps qui passe invite à l’oubli des années
Mortes; et recouvre la plus infime des choses
D’un voile épais aux teintes moroses
D’où s’élève un parfum suranné

Et les jours passés tous semblables à aujourd’hui
Lentement et irrémédiablement s’écoulent
Tandis que les édifices des hommes s’écroulent
Car même l’arrogance humaine finit par être punie

Rien ne résiste face à l’usure du temps
Rien ne subsiste dans la gueule du néant
Même la mémoire finit discrètement par s’effacer

Alors tout recommence comme à l’origine
Dans le creuset de la main divine
Qui inlassablement retravaille sa création.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS