Poème 'Passons amis' de guillaumePrevel

Passons amis

guillaumePrevel

Passons amis meurtris sans verser trop de larmes
Sous la risée de nos juges sans merci
Passons amis transis sans regarder nos hardes de toiles soufrées
Sous les crachats hémoptysiques de la haine foule ritualisée!
Avançons sans pleurer compagnon de misère,
Nous qui nous sommes partagés un moment du supplice de Tantale!
Avançons sans crier compagnon de galère
Vers la sublimité du bûcher dressé pour l’occasion en notre honneur
Et montons sur les faisceaux de menues branches
D’où bientôt le feu irradiant viendra nous lécher les hanches
Car bientôt mes amis nous n’aurons plus rien à craindre
Et nous serons libérés du poids de l’humanité et de la cruauté!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS