Poème 'Petrus et l’ondotomètre (des mots pour la frime)' de marisolle

Accueil > Les membres > Page de poésie de marisolle > Petrus et l’ondotomètre (des mots pour la frime)

Petrus et l’ondotomètre (des mots pour la frime)

marisolle

Pétrus, celui que chacun désignait comme le callipyge de l’année, regardait d’un air perplexe, l’ondotomère qu’il tenait à la main.

A quoi cela pouvait-il servir ? le cuistre qu’il était connaissait beaucoup de choses et d’instruments, mais ce truc, non !

Heureusement pour lui, il baignait dans une ataraxie complète et ne se sentait nullement tenu d’étudier ce machin !! Sauf que cet androgyne de Népomucène l’avait harcelé afin qu’il lui apprenne à quoi cet ondotomètre pouvait bien servir !

Il était piégé ! Tous ses hurluberlus de collègues allaient en faire des gorges chaudes si jamais il échouait. Si encore il lui avait demandé le mode d’emploi d’un doloir, d’un chantepleure, d’un crampillon ou d’un géophone, pas de problème ! il lui aurait donné un cours magistral de savoir-faire. Mais cet ustensile, pas la moindre idée. Il fit appel à la science de Maximus, buttappoenophile reconnu, sans succès, puis à celle d’ Ezéquiel, chartasignopaginophile distingué, mais rien, pas le plus petit vermisseau de renseignement ne leur sortit de la bouche.

Il se tourna en désespoir de cause vers Nimbus, savant reconnu et philatéliste émérite qui lorsque Pétrus lui posa la question se mit à rire. Ce dernier se vexa et fut à deux doigts de partir devant ce malotru, ce turgescent bonhomme mais il pensa à l’enjeu, à sa réputation d’homme incollable.

Après avoir remercié Nimbus, il alla retrouver Népomucène qu’il trouva dans un état tel qu’il comprit aussitôt qu’il était retombé dans son assuétude à la naphtaline ! Dépité, il fit demi-tour et se rendit aux studios de cinéma « cinéquanone » où on l’attendait pour un caméo qu’il rata complètement d’ailleurs.

Son hédonisme ayant rapidement repris le dessus, il se mit en quête de Césarius, l’histrion idiot qui se prenait pour Cinna.

Avec lui, au moins, il serait tranquille : pas d’imbroglio, pas d’oxymore, nul machiavélique manoeuvre tant son quotient intellectuel rasait le gazon.

Il devait juste éviter qu’il ne se lance dans son hagiographie coutumière qui donnait lieu habituellement à la psalmodie de tous les noms de saints et de leurs exploits.

Mais rien qu’à la pensée de tous ces saints, il renonça et se résigna à rentrer chez lui avant que quelque nicodème libidineux ne lui casse la margoulette.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS