Poème 'Pourquoi, courtisane' de Théodore de BANVILLE dans 'Les cariatides'

Pourquoi, courtisane

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les cariatides"

Pourquoi, courtisane,
Vendre ton amour,
La fleur diaphane,

La fleur diaphane
Que fleurit le jour
Et que la main fane,

La rose d’amour ?

- Pourquoi, blond poète,
Ouvrir au passant
Ta douleur muette,

Ta douleur muette,
Lys éblouissant
Que la foule jette

Et brise en passant ?

- Ton cœur qui se pâme
Brûle pour chacun :
Tu souilles la flamme !

- Tu souilles la flamme !
Tout a son parfum :
La caresse et l’âme,

Dans tout, dans chacun !

- Mon hymne rapporte
Comme un souvenir
La croyance morte.

- La croyance morte
Ne peut revenir
Par la même porte,

Comme un souvenir ;

Mais quand l’amour cesse,
On vient l’allumer
À ma folle ivresse.

- Oh va ! nulle ivresse
Ne peut ranimer
L’amour en détresse,

Ni le rallumer !


Février 1841.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto