Poème 'Préface' de Jules LAFORGUE dans 'Des Fleurs de bonne volonté'

Préface

Jules LAFORGUE
Recueil : "Des Fleurs de bonne volonté"

Copenhague, Elseneur, 1er janvier 1886 Mon père (un dur par timidité)
Est mort avec un profil sévère;
J’avais presque pas connu ma mère,
Et donc, à vingt ans, je suis resté.

Alors, j’ai fait d’ la littérature ;
Mais le Démon de la Vérité
Sifflotait tout l’temps à mes côtés :
« Pauvre ! as-tu fini tes écritures ?… »

Or, pas le cœur de me marier,
Étant, moi, au fond, trop méprisable !
Et elles pas assez intraitables ! !
Mais tout l’ temps là à s’extasier !…

C’est pourquoi je vivotte, vivotte,
Bonne girouette aux trent’-six saisons,
Trop nombreux pour dire oui ou non….
- Jeunes gens ! que je vous serv’ d’Ilote !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto