Poème 'Que l’on jette ces lis …' de Jean MORÉAS dans 'Les Syrtes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean MORÉAS > Que l’on jette ces lis …

Que l’on jette ces lis …

Jean MORÉAS
Recueil : "Les Syrtes"

Que l’on jette ces lis, ces roses éclatantes,
Que l’on fasse cesser les flûtes et les chants
Qui viennent raviver les luxures flottantes
A l’horizon vermeil de mes désirs couchants.

Oh ! Ne me soufflez plus le musc de votre haleine,
Oh ! Ne me fixez pas de vos yeux fulgurants,
Car je me sens brûler, ainsi qu’une phalène,
A l’azur étoilé de ces flambeaux errants.

Oh ! Ne me tente plus de ta caresse avide,
Oh ! Ne me verse plus l’enivrante liqueur
Qui coule de ta bouche – amphore jamais vide -
Laisse dormir mon coeur, laisse mourir mon coeur.

Mon coeur repose, ainsi qu’en un cercueil d’érable,
Dans la sérénité de sa conversion ;
Avec les regrets vains d’un bonheur misérable,
Ne trouble pas la paix de l’absolution.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Il a, ce petit vin, des couleurs épatantes.
    En plus, sur l'estomac, il n'est pas bien méchant.
    Il peut rendre bavarde une langue hésitante
    Et conduire une fille à des aveux touchants.

    Rien de tel qu'un godet pour bien reprendre haleine,
    Pour chanter ses amours en des vers fulgurants,
    Pour que chacun se marre ainsi qu'une baleine
    Et pour faire surgir des couplets hilarants.

    Remets-en donc un peu, puisque mon verre est vide,
    Remplis aussi le tien, car tu en es avide,
    Le vin, dit le poète, induit la joie au coeur,

    Qu'il soit jeune et fruité, ou sombre et vénérable,
    Qu'il soit bu par un riche ou par un misérable,
    Des tristesses du jour, ce nectar est vainqueur.

Rédiger un commentaire

Jean MORÉAS

Portait de Jean MORÉAS

Ioánnis A. Papadiamantópoulos (en grec : Ιωάννης Α. Παπαδιαμαντόπουλος), dit Jean Moréas, né à Athènes le 15 avril 1856 et mort à Saint-Mandé (Seine) le 30 avril 1910, est un poète symboliste grec d’expression française. Issu d’ une famille distinguée d’ Athènes, fils de magistrat,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto