Poème 'Sept ballades de bonne foi – Ballade en l’honneur de la rive gauche' de François COPPÉE dans 'Les Paroles sincères'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François COPPÉE > Sept ballades de bonne foi – Ballade en l’honneur de la rive gauche

Sept ballades de bonne foi – Ballade en l’honneur de la rive gauche

François COPPÉE
Recueil : "Les Paroles sincères"

Le Paris chic est sur la Rive Droite.
Dieu ! que d’hôtels loués pour de longs baux !
Mais ces splendeurs n’ont rien que je convoite,
Car j’y vois trop de gens qui font les beaux,
Trop de boursiers, de juifs et de cabots.
Je le sais bien, c’est là qu’on fait fortune.
Pourtant ce luxe effréné m’importune ;
Et ma raison, pour lui tenir rigueur,
N’a pas le sens commun, mais c’en est une :
La Rive Gauche est du côté du cœur.

C’est la province avec sa vie étroite.
On dort, la nuit. Ni cercles ni tripots.
Le bouquineur y fouille dans la boîte ;
Mainte fenêtre a des roses en pots.
O vieille France ! ô coins de tout repos !
Allez donc voir par un beau clair de lune,
Quai Malaquais ou bien quai de Béthune,
Couler la Seine où siffle un remorqueur…
Mais cela vaut Venise et sa lagune !
La Rive Gauche est du côté du cœur.

Loin du théâtre à l’atmosphère moite,
Des omnibus traînés par trois chevaux
Et des jobards qu’à la Bourse on exploite,
On trouve encore ici quelques cerveaux
Sur de vieux airs rimant des vers nouveaux.
Pour ces naïfs, de politique aucune ;
Et, fichtre ! c’est une heureuse lacune.
On rêve en paix, loin du Paris blagueur,
Et l’on y vit chacun pour sa chacune.
La Rive Gauche est du côté du cœur.

ENVOI

On vous trompa, disgrâce assez commune.
Passez les ponts, cher Prince, sans rancune.
Ici l’amour fidèle est en vigueur.
Ma blonde y loge ; ayez-y votre brune.
La Rive Gauche est du côté du cœur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS