Poème 'Soir de névrose' de guillaumePrevel

Soir de névrose

guillaumePrevel

Sous la lampe à la lueur ambrée
Tremble ma pauvre main névrotique
Comme une subite manifestation fantomatique.
(Elle semble étrangement libre de mon corps démembré!)

Tandis que les ombres mortelles abattent
Les murs immaculés de la maison.
Mon Dieu! l’hiver semble cet été la dominante saison
Sous ce ciel noir et menaçant qui gâte

Mon esprit morne et mes yeux crevés.
Alors, abattu, je pense aux beautés dont j’ai souvent rêvé
Dans l’absence funeste d’un invisible espoir

Et mon cœur en lutte ce soir saigne
Et ma main brumeuse cette nuit baigne
Dans le sang qui coule sur la table de mes angoisses.

27 Septembre 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS