Poème 'Sonnet des regrets' de guillaumePrevel

Sonnet des regrets

guillaumePrevel

Les regrets seuls sont éternels
Et mes petites amoureuses ont grandi
Leur dédain, leur mépris aussi
Gnomes, elfes, farfadets, Reine des neiges et du gel,

Tous ont disparus de nos mortels esprits
Mornes et enterrés
Et nos airs de déterrés
Semblent de plus en plus avilis

Par le temps qui passe en assassin
Et ce vent qui burine le visage comme le vin
Fera tomber la frêle carcasse de nos os en poudre

Et alors mes petites amoureuses pâlichonnes
Seront devenus cendres sous l’orage qui tonne
Tandis que la mort sauvage, partout s’abattra comme la foudre.

25 Octobre 2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS