Poème 'Tableau rural' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

Tableau rural

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

Au village, en juillet. Un soleil accablant.
Ses lunettes au nez, le vieux charron tout blanc
Répare, près du seuil, un timon de charrue.
Le curé tout à l’heure a traversé la rue,
Nu-tête. Les trois quarts ont sonné, puis plus rien,
Sauf monsieur le marquis, un gros richard terrien,
Qui passe, en berlingot et la pipe à la bouche,
Et qui, pour délivrer sa jument d’une mouche,
Lance des claquements de fouet très-campagnards
Et fait fuir, effarés, coqs, poules et canards.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Carte postale exotique
    ------------------------

    J’écris ces quelques mots, du pays des flamants,
    Je les vois ramasser des coquillages blancs ;
    Pendant leur temps de pause, ils font le pied de grue,
    Cessant de travailler de leur bec en charrue.

    Ici plein de bestiaux curieux, qui ne font rien,
    On n’est pas sûr d’y voir des animaux terriens,
    On ne sait pas toujours où se trouve leur bouche
    (Ou alors, il faudrait leur offrir une mouche).

    Le plus charmant d’entre eux, un oiseau campagnard
    Avec un corps de dinde et un bec de canard.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS